27 novembre 2021
À Berlin, front uni de Merkel et Macron face à Trump

Espionnage par la NSA depuis le Danemark : Macron et Merkel veulent que « toute la clarté » soit faite

L’agence américaine a utilisé l’infrastructure danoise afin d’espionner de hauts responsables européens, dont la chancelière allemande.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont appelé lundi 31 mai Washington et Copenhague à s’expliquer sur l’utilisation des systèmes de renseignement du Danemark par l’agence de renseignement des Etats-Unis (la National Security Agency, NSA), afin d’espionner de hauts responsables européens, dont la chancelière allemande.

« Ce n’est pas acceptable entre alliés, encore moins entre alliés et partenaires européens », a réagi le président français, à l’issue d’un conseil des ministres franco-allemand, précisant que « toute la clarté [devait] être faite »« Je ne peux que m’associer aux propos d’Emmanuel Macron », a répondu la chancelière allemande. « J’ai été rassurée par le fait que le gouvernement danois, dont la ministre de la défense, a également fait savoir très clairement ce qu’il pense de ces choses (…). C’est une bonne base non seulement pour clarifier les faits mais aussi pour établir des relations de confiance », a-t-elle ajouté.

« Je n’ai pas, à cette heure, l’information qui corrobore de manière claire [ces informations] », avait déclaré plus tôt Clément Beaune, le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, sur Franceinfo. Ces faits potentiels sont graves, il faut les vérifier (…) puis en tirer un certain nombre de conséquences dans notre coopération », a-t-il ajouté à propos d’une enquête de la chaîne de télévision publique danoise Danmarks Radio (DR), à laquelle Le Monde, la Süddeutsche Zeitung, les chaînes allemandes NDR et WDR, ainsi que les télévisions 

« Il pourrait y avoir effectivement un certain nombre de protestations diplomatiques », mais même s’il y a « une enquête journalistique sérieuse, il faut d’abord vérifier l’exactitude des faits, l’étendue des faits, la gravité potentielle des faits », a insisté le secrétaire d’Etat.

Selon l’enquête de DR rendue publique dimanche, la NSA s’était branchée sur des câbles de télécommunication danois pour espionner des responsables de premier plan et de hauts fonctionnaires en Allemagne, en Suède, en Norvège et en France. Pour ce faire, la NSA a bénéficié d’une collaboration en matière de surveillance avec les services de renseignement militaire danois FE.

« Opération Dunhammer »

Angela Merkel, le ministre allemand des affaires étrangères de l’époque, Frank-Walter Steinmeier, et le chef de l’opposition d’alors, Peer Steinbrück, figurent parmi les personnes que la NSA a espionné, selon DR. La NSA a pu accéder aux SMS, aux appels téléphoniques et au trafic Internet, y compris les recherches, les tchats et les services de messagerie, selon DR. Selon la presse allemande, le gouvernement fédéral comme Peer Steinbrück n’étaient pas au courant de ces écoutes. L’Allemagne « est en contact avec tous les interlocuteurs nationaux et internationaux pour obtenir des clarifications », a déclaré le porte-parole du gouvernement lors d’un point presse.

L’espionnage de la NSA a été dévoilé dans un rapport interne de FE portant le nom de code « Operation Dunhammer » et présenté à la direction de FE en mai 2015, selon DR. La ministre de la défense danoise, Trine Bramsen, qui a été nommée en juin 2019, a été informée de cette affaire en août 2020, selon DR. Le lanceur d’alerte Edward Snowden, qui a révélé de nombreuses informations sur la surveillance de masse mise en œuvre par la NSA et qui vit désormais en Russie, a appelé sur Twitter Copenhague et Washington à une transparence « complète » sur le dossier.

Source Le Monde avec AFP et Reuters