16 juin 2024

leun2trois.com

Comprendre pour informer pour rendre compte de ce qui se passe dans le monde

Ebrahim Raïssi le président iranien

L’Iran lance une attaque contre Israël et intensifie la confrontation au Moyen-Orient

L’Iran a lancé une offensive de drones et de missiles sans précédent contre Israël, une frappe de représailles largement attendue et une nouvelle escalade dans la confrontation au Moyen-Orient.

Les Gardiens de la révolution iraniens ont confirmé l’attaque, selon un communiqué dans lequel ils affirment avoir lancé “des dizaines de drones et de missiles”.

À Jérusalem, quelques heures après le lancement, des sirènes ont commencé à retentir et des explosions ont été observées dans le ciel dans ce qui semble être le système de défense israélien neutralisant l’attaque.

La déclaration iranienne indique que l’offensive est liée aux « crimes répétés » d’Israël, notamment l’attentat à la bombe du 1er avril contre le consulat iranien à Damas, pour lequel Téhéran a accusé le gouvernement israélien et dans lequel plusieurs commandants militaires iraniens ont été tués.

L’attaque de ce samedi a été qualifiée par l’Iran d’« Opération Promesse honnête » et justifiée par son droit à exercer une « légitime défense ».

Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, a déclaré que l’Iran avait lancé “plus de 200 drones, missiles de croisière et missiles balistiques “, ajoutant que le système de défense israélien et ses alliés dans la région avaient intercepté “la grande majorité”, un grand nombre d’entre eux, avant qu’ils n’entrent sur le territoire israélien.

Hagari a déclaré que des informations faisaient état d’une personne blessée et d’une base militaire endommagée.

L’Iran a laissé entendre qu’il n’y aurait plus d’attaques, mais a mis en garde contre les conséquences possibles si Israël décidait de réagir.

Ces dernières heures, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que les « systèmes défensifs » du pays étaient déployés pour faire face à l’offensive iranienne :

“Nous sommes prêts à affronter n’importe quel scénario, qu’il soit défensif ou offensif. L’État d’Israël est fort. Les Forces de défense israéliennes sont fortes. Le peuple est fort.”

“Nous apprécions le soutien des États-Unis à Israël, ainsi que celui du Royaume-Uni, de la France et de nombreux autres pays”, a ajouté Netanyahu, qui a convoqué son cabinet de guerre.

Que savons-nous jusqu’ici

  • L’Iran a lancé une attaque avec des dizaines de drones et de missiles sur le territoire israélien en réponse au bombardement du consulat iranien en Syrie le 1er avril, attribué à Israël.
  • En Israël, des sirènes et des explosions ont été entendues par les défenses israéliennes interceptant des objets dans le ciel
  • Les États-Unis ont déclaré avoir abattu des drones volant vers Israël.
  • L’Iran avait prévenu qu’Israël serait “puni” pour l’attaque contre son consulat à Damas
  • Sept membres des Gardiens de la révolution iraniens , dont deux généraux, ont été tués dans cette attaque dont Israël n’a jamais revendiqué la responsabilité.
  • Joe Biden , président des États-Unis, grand allié d’Israël, a déclaré qu’il ferait tout “je peux pour protéger la sécurité d’Israël”
  • L’Iran avait évité une confrontation directe avec Israël lors du conflit Israël-Hamas à Gaza , mais l’attaque en Syrie a été considérée par Téhéran comme une grave escalade.
  • Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu , a déclaré que l’armée était “préparée à tout scénario”.

“Un soutien sans faille”

Le président américain Joe Biden a suspendu ses vacances dans le Delaware et a rencontré son Conseil de sécurité nationale pour évaluer la situation.

La porte-parole du Conseil, Adrienne Watson, a déclaré : « Le président Biden a été clair : notre soutien à la sécurité d’Israël est inébranlable. Les États-Unis seront aux côtés du peuple israélien et soutiendront sa défense contre les menaces iraniennes.

Image d’illustration

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a condamné l’attaque iranienne.

“Une fois de plus, l’Iran démontre que son intention est de semer le chaos chez lui. Le Royaume-Uni continuera à soutenir Israël et tous nos alliés dans la région, y compris la Jordanie et l’Irak”, a déclaré le Premier ministre.

Ciel fermé

La Jordanie, le Liban et l’Irak ont ​​fermé leur espace aérien.

L’attaque est intervenue après des jours de tension suite à un attentat à la bombe contre le consulat iranien en Syrie au cours duquel un haut officier militaire iranien a été tué.

L’Iran a accusé Israël de cette attaque, mais le gouvernement de Netanyahu n’a ni confirmé ni exclu sa participation à l’opération au cours de laquelle 13 personnes sont mortes.

Jonathan Conricus, ancien porte-parole des Forces de défense israéliennes, a déclaré à la BBC que « c’est le premier jour du nouveau Moyen-Orient : pour la première fois, l’Iran attaque Israël directement depuis le sol iranien souverain ».

Les tensions entre les deux grands rivaux régionaux se sont intensifiées depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre dernier.

“Je pense qu’Israël est doué pour planifier des imprévus militaires, mais ils n’excellent pas toujours sur le plan stratégique. Je pense qu’il y a certains plans dans nos dossiers qui pointent vers des cibles en Iran”, a ajouté Conricus.

Le tac au tac risque de dégénérer en guerre régionale

Analyse de Frank Gardner, correspondant de sécurité de BBC News

C’est exactement l’escalade que tout le monde craignait dans le conflit latent entre l’Iran et ses alliés et Israël : une attaque directe d’un pays contre un autre.

Depuis près de deux semaines, les forces de sécurité iraniennes réfléchissent à leur réponse à la frappe aérienne du 1er avril contre son consulat à Damas, largement considérée comme l’œuvre d’Israël et au cours de laquelle plusieurs hauts commandants iraniens ont été tués.

De toute évidence, il a été décidé qu’une étape aussi importante – une attaque qui a détruit un bâtiment diplomatique et, par conséquent, un territoire iranien souverain – nécessitait une réponse énergique.

Israël dispose de plusieurs défenses aériennes et a promis de répondre à toute attaque sur son territoire, et il le fera.

Le risque est maintenant que ce bras de fer dégénère en une véritable guerre régionale, ce que la plupart des gouvernements de la région s’efforcent d’éviter depuis l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre.

Réunion à l’ONU et au G7

En tout cas, une réunion d’urgence du Conseil de sécurité est prévue dimanche, après que le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné « une grave escalade ». Dimanche également, les dirigeants du G7 seront convoqués afin de coordonner une « réponse diplomatique unie » à l’attaque iranienne « éhontée », a annoncé le président américain Joe Biden, dans un communiqué. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dont l’armée est engagée dans une guerre dévastatrice dans la bande de Gaza, s’est entretenu au téléphone avec le président américain à l’issue d’une réunion du cabinet de guerre israélien, a indiqué le bureau du Premier ministre.

La Chine a fait part dimanche de sa « profonde préoccupation » concernant l’aggravation actuelle (de la situation) et « appelle les parties concernées à faire preuve de calme et de retenue afin d’éviter une nouvelle escalade » des tensions, a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ce dimanche, dans un message publié sur X, Emmanuel Macron a condamné « avec la plus grande fermeté » l’attaque lancée par l’Iran contre Israël et « appelle à la retenue ».

« Je condamne avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël, qui menace de déstabiliser la région. J’exprime ma solidarité avec le peuple israélien et l’attachement de la France à la sécurité d’Israël, de nos partenaires et à la stabilité régionale. La France travaille à la désescalade avec ses partenaires et appelle à la retenue, »a écrit le président de la République.

SOURCE : BBC News Mundo & latribune.fr