10 août 2022
Idi Amin Dada (1979 - 1993)

Qu’arrive-t-il aux dirigeants lorsqu’ils partent en exil ?

Le Sri Lanka a choisi un nouveau président, mais que va-t-il advenir du dernier, Gotabaya Rajapaksa ?

M. Rajapaksa a fui son pays pour les Maldives le 13 juillet et a ensuite pris un vol pour Singapour, où il a annoncé sa démission.

Gotabaya Rajapaksa GETTY IMAGES

Mais il n’est pas certain qu’il y reste. Le ministère des affaires étrangères de Singapour a déclaré qu’il y était entré pour une “visite privée” de courte durée, et un porte-parole du cabinet sri-lankais a déclaré qu’il retournerait dans son pays.

Mais un groupe de défense des droits a déposé une plainte pénale auprès du procureur général de Singapour pour demander son arrestation en raison de son rôle dans la guerre civile brutale du Sri Lanka, et des rapports antérieurs ont suggéré qu’il pourrait se tourner vers l’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis.

Entre 1946 et 2012, plus de 180 chefs d’État ont été contraints à l’exil, selon les professeurs de sciences politiques Abel Escriba-Folch et Daniel Krcmaric de la Northwestern University, aux États-Unis.

Mais que peut attendre Rajapaksa – et le Sri Lanka – s’il rejoint la longue liste des dirigeants nationaux contraints à l’exil ?

Pour le savoir, jetons un coup d’œil à quelques exemples historiques très médiatisés.

Dalai Lama (En exil de 1959 à nos jours)

Lorsqu’un pays accepte une personnalité controversée, il peut y avoir des conséquences géopolitiques.

Dalai Lama GETTY IMAGES

La décision de l’Inde d’accorder l’asile au Dalaï Lama en 1959, après la répression violente du soulèvement tibétain par la Chine, a créé une source de conflit durable entre les nations les plus peuplées du monde.

Le Premier ministre indien de l’époque, Jawaharlal Nehru, a ignoré l’avertissement de son homologue chinois, Zhou Enlai, de ne pas autoriser l’entrée du leader bouddhiste.

“La racine de la méfiance de Pékin à l’égard de Delhi est en fait le moine à la voix douce qui a été un invité d’honneur en Inde pendant des décennies”, explique le politologue indien Madhav Nalapat.

“La décision de Nehru de ne pas tenir compte de la demande de son homologue chinois était capitale et son accueil du Dalaï Lama a créé une fissure entre l’Inde et la Chine qui persiste encore aujourd’hui.”

L’Ayatollah Khomeini (1964 – 1979) et le Shah d’Iran (1979 – 1980)

Lorsqu’un leader s’exile, un autre peut revenir.

L’Ayatollah Khomeini GETTY IMAGES

Ruhollah Khomeini était un éminent érudit religieux iranien qui s’est opposé – puis a remplacé – le régime pro-occidental du Shah Mohammed Reza Pahlavi, créant ainsi l’actuelle République islamique.

Les deux hommes seront exilés en raison de cette lutte pour l’identité et la direction de leur pays, et la difficulté du Shah à trouver un refuge sûr devrait servir d’avertissement aux autres dirigeants qui envisagent une stratégie de sortie.

En 1964, Khomeini a été exilé pour son opposition franche, se rendant en Turquie, en Irak puis en France, d’où il a exhorté ses partisans à renverser le Shah.

Mais le Shah est devenu de plus en plus impopulaire – il y a eu des émeutes, des grèves et des manifestations dans tout le pays – et en janvier 1979, son gouvernement s’est effondré et lui et sa famille ont fui en exil.

le Shah d’Iran (1979 – 1980) GETTY IMAGES

Le 1er février 1979, Khomeini rentre en Iran en triomphe. Les journalistes qui l’accompagnaient sur le vol, dont John Simpson de la BBC, ont déclaré qu’ils craignaient que l’avion soit abattu.

Un référendum national est organisé et Khomeini remporte une victoire écrasante et est nommé chef politique et religieux de l’Iran à vie.

Le Shah et son épouse, l’impératrice Farah, s’envolent d’abord pour Assouan, en Égypte – les rapports officiels indiquent que le Shah est parti pour des “vacances” et un traitement médical.

Il passera ensuite de brèves périodes au Maroc, aux Bahamas, au Mexique, aux États-Unis et au Panama, avant de mourir d’un cancer au Caire le 27 juillet 1980.

La simple présence du monarque déchu aux États-Unis pour un traitement médical a déclenché la prise d’assaut de l’ambassade américaine à Téhéran et une crise des otages, au cours de laquelle le personnel diplomatique américain a été retenu pendant plus de 400 jours.

Khomeini a dirigé l’Iran en tant que Guide suprême jusqu’à sa mort le 4 juin 1989.

Idi Amin Dada (1979 – 1993)

Même les dictateurs brutaux peuvent parfois trouver un foyer.

Idi Amin Dada (1979 – 1993) GETTY IMAGES

Idi Amin était un chef militaire qui a pris le pouvoir en Ouganda en 1971 et qui, pendant le reste de la décennie, a soumis le pays à une dictature brutale caractérisée par des massacres et l’expulsion de toute la population asiatique du pays.

Pourtant, même lui a pu trouver une échappatoire lorsqu’il a été chassé par les troupes tanzaniennes et les exilés ougandais en 1979.

“Les dictateurs sont plus susceptibles de fuir vers des pays avec lesquels ils ont des liens historiques, politiques, militaires ou économiques profonds”, explique le professeur Escriba-Folch.

C’est ainsi que l’Arabie saoudite est intervenue pour abriter le leader musulman, malgré les accusations selon lesquelles il aurait supervisé la mort de 400 000 Ougandais pendant son règne.

L’ancien dirigeant africain a vécu dans le luxe dans le pays arabe jusqu’à sa mort en 2003.

“Bébé Doc” Duvalier (1986 – 2011)

Les choses peuvent ne pas marcher à l’étranger.

Bébé Doc Duvalier (1986 – 2011) GETTY IMAGES

L’Arabie saoudite est loin d’être le seul pays à accueillir un dirigeant étranger à la réputation terrifiante.

Plusieurs villes européennes sont devenues des destinations pour des chefs d’État évincés, les anciennes puissances coloniales cherchant à maintenir leur influence ou à prévenir l’instabilité dans leurs ex-colonies.

L’ancien président haïtien Jean-Claude Duvalier, surnommé “Bébé Doc”, en est un exemple.

Il n’avait que 19 ans lorsqu’il a hérité du titre de président à vie de son père, François ou “Papa Doc”, qui dirigeait Haïti depuis 1957.

Comme son père, il s’est appuyé sur une milice brutale connue sous le nom de Tontons Macoutes pour contrôler le pays, et on estime qu’ils (ou les forces de sécurité) ont tué entre 20 000 et 30 000 Haïtiens pendant le règne des Duvalier.

Après avoir été chassé du pouvoir par un soulèvement populaire en 1986, il a passé 25 ans en exil, d’abord dans le sud de la France.

Mais les quelque 6 millions de dollars qu’il détenait sur des comptes bancaires suisses ont été gelés en 1986 et il a perdu la majeure partie du reste de sa fortune à la suite d’un divorce difficile en 1993.

Au cours des dernières années de son exil, M. Duvalier dépendait du soutien financier de ses partisans et vivait dans un petit appartement à Paris.

Il est rentré en Haïti en 2011 et, bien qu’il ait été accusé de détournement et d’abus de fonds pendant son règne (M. Duvalier et son père ont été accusés d’avoir siphonné jusqu’à 300 millions de dollars pendant leur temps au pouvoir), l’ancien président a été autorisé à vivre dans l’obscurité d’une banlieue de Port-au-Prince, se promenant librement dans la capitale à sa guise jusqu’à sa mort d’une crise cardiaque en 2014.

Benazir Bhutto (1984 – 1986, 1999 – 2007), Nawaz Sharif (1999 – 2007)

L’exil n’est pas nécessairement un voyage à sens unique pour les dirigeants qui fuient.

Benazir Bhutto (1984 – 1986, 1999 – 2007) GETTY IMAGES

Le climat politique de certains pays peut pousser plus de dirigeants à s’exiler que d’autres, et le Pakistan en est un exemple.

Benazir Bhutto a connu un parcours politique en dents de scie. Elle a été contrainte de s’exiler à deux reprises, mais après ces deux périodes (d’abord au Royaume-Uni, puis aux Émirats arabes unis), elle est rentrée au Pakistan et est devenue Premier ministre du pays – la toute première femme à diriger un pays à majorité musulmane – occupant ce poste de 1988 à 1990, puis de 1993 à 1996.

Au sommet de sa popularité, peu après sa première élection, elle était l’une des femmes dirigeantes les plus en vue au monde et attirait des foules immenses à ses meetings.

Mais à ces deux occasions, elle a été démise de ses fonctions par le président pour corruption présumée.

Elle a été tuée dans un attentat-suicide à la bombe en 2013. Son père et ses deux frères avaient également connu une mort violente.

Nawaz Sharif a succédé à Bhutto après ses deux mandats de Premier ministre, mais en 1999, il a été déposé par l’armée et, comme Bhutto, a été contraint à l’exil (il a été brièvement incarcéré avant de partir en Arabie saoudite).

Nawaz Sharif (1999 – 2007) GETTY IMAGES

Quatorze ans plus tard, il a dirigé un mouvement d’opposition qui lui a valu un troisième mandat.

Mais en 2017, la Cour suprême du Pakistan l’a disqualifié à vie de toute fonction publique à la suite de l’affaire des Panama Papers, qui met en cause des sociétés offshore et des actifs ne figurant pas sur la déclaration de patrimoine de sa famille.

La carrière politique de l’homme qui s’est emparé du pouvoir lors du coup d’État de 1999 qui a contraint Bhutto et Sharif à quitter le pays, Pervez Musharraf, se terminera également en exil.

Zine al-Abidine Ben Ali

Le vôtre ne sera peut-être pas le dernier domino à tomber.

Zine al-Abidine Ben Ali

Zine al-Abidine Ben Ali a dirigé la Tunisie pendant 23 ans avant de se retirer en janvier 2011 au milieu d’une vague sans précédent de manifestations de rue – la première de ce que l’on appelle le Printemps arabe.

Ben Ali a d’abord imputé les manifestations à une frange d'”extrémistes”, mais il a rapidement changé d’attitude, exprimant de profonds regrets pour la mort des manifestants, s’engageant à introduire la liberté des médias et promettant de ne pas se présenter en 2014.

Mais son offre de concessions n’a pas réussi à calmer les troubles, et le lendemain, après que des foules immenses soient descendues dans les rues de Tunis et se soient à nouveau affrontées aux forces de sécurité, il a fui le pays pour l’Arabie saoudite, où il est mort le 19 septembre 2019.

En tant que président, Ben Ali a été crédité d’avoir apporté la stabilité et une certaine prospérité économique, mais il a été largement critiqué pour avoir supprimé les libertés politiques.

Six mois après son éviction, lui et son épouse ont été reconnus coupables par contumace par un tribunal tunisien de détournement de fonds et d’utilisation abusive de fonds publics, et condamnés à 35 ans de prison.

En 2012, un autre tribunal l’a condamné par contumace à la prison à vie pour le meurtre de manifestants.

Outre la Tunisie, le phénomène du printemps arabe de 2011 a conduit à l’effondrement des gouvernements en Égypte, en Libye et au Yémen – et a précipité une décennie de guerre civile en Syrie.

Seule la Tunisie allait émerger avec un nouveau gouvernement démocratique, mais avec un chômage croissant et une économie stagnante, de nombreux Tunisiens perdent confiance dans les partis politiques du pays.

Le pays s’est prononcé sur une nouvelle constitution (25 juillet) qui accroîtrait les pouvoirs du président qui a écarté le Parlement et gouverné essentiellement par décret pendant un an.

Les sondages à la sortie des bureaux de vote indiquent que la nouvelle constitution, qui confère au président des pouvoirs presque illimités, a été adoptée à près de 90 %.

Les groupes d’opposition ont boycotté le vote – le taux de participation était inférieur à 30 % – et ont prévenu que le pays risquait un retour à l’autocratie.

Mouammar Kadhafi

Pas de solution facile.

Mouammar Kadhafi GETTY IMAGES

Mais qu’en est-il de ceux qui ne parviennent pas à trouver un foyer ? Le professeur Escriba-Folch prévient que les dirigeants évincés qui peinent à trouver une destination qui leur offre une protection relative peuvent choisir de “s’accrocher au pouvoir à tout prix”.

Il cite en exemple l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi : après la chute de Tripoli pendant la guerre civile libyenne de 2011, des secteurs de la communauté internationale ont exercé une pression intense pour que Kadhafi s’exile afin de mettre fin aux hostilités.

Au lieu de cela, le dictateur libyen s’est caché pendant des mois et a finalement été tué par une foule dans sa ville natale de Syrte.

“Il a choisi de se battre jusqu’à la mort plutôt que de s’exiler et certains spéculent que cette décision était fondée, entre autres, sur l’incapacité de trouver un pays désireux et capable de lui accorder une protection à long terme”, ont écrit les chercheurs de la Northwestern University en 2017.

Source bbc