16 juin 2024

leun2trois.com

Comprendre pour informer pour rendre compte de ce qui se passe dans le monde

Le journaliste camerounais Haman Mana

LE GRAND INVITÉ AFRIQUE À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, notre confrère Haman Mana

J’aime l’odeur de l’encre au petit matin sur le papier, C’est le titre d’un ouvrage qui vient de sortir aux Éditions du Schabel. C’est un hommage à la presse écrite, où son auteur, le journaliste camerounais Haman Mana, raconte ses 35 années de combat pour la liberté d’expression. Sa solidarité avec le prisonnier Amadou Vamoulké, sa dernière rencontre avec le journaliste supplicié Martinez Zogo. En ligne des États-Unis, où il vit actuellement, et à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Haman Mana témoigne au micro de Christophe Boisbouvier. 

RFI : C’est pendant les années de braise [crise politique camerounaise de 1990-1992] que vous débutez dans le journalisme. Pour le journal pro-gouvernemental Cameroon Tribune, vous couvrez la présidentielle de 1992 où, officiellement, Paul Biya arrive premier de justesse devant John Fru Ndi. Comme reporter, vous êtes aux premières loges à la commission nationale de recensement des votes et, aujourd’hui, vous écrivez : « J’ai assisté en direct au fonctionnement de cette moulinette qui se met en marche, à chaque fois, pour reconduire les mêmes aux commandes du Cameroun ».

Haman Mana : Oui, bien sûr. Cette présidentielle a lieu en octobre 1992. Mais, il y a avant, au mois de mars ou avril 1992, des législatives où, clairement, l’opposition les a remportées. L’opposition a gagné parce que le code électoral permettait que, dans chaque circonscription, on fasse immédiatement le décompte et la promulgation des résultats sur place. C’étaient les présidents des tribunaux locaux qui étaient les présidents des commissions électorales. Après avoir perdu les législatives de 1992, le gouvernement s’est donc juré de ne plus jamais rien perdre. Et c’est comme ça que, lors de la présidentielle, le scénario a été mis en place pour ne pas perdre l’élection, où tout le monde est aujourd’hui d’accord pour dire que John Fru Ndi avait gagné.

Cinq ans plus tard, en 1997, nouvelles législatives, avec ce que vous appelez « la mise en place d’une machine de fraude électorale sans précédent ». À ce moment-là – vous venez de prendre la direction du journal Mutations -, vous décidez de prendre la plume ?

Oui, j’avais écrit à l’époque un éditorial qui avait pour titre Ballot or Bullet, ce qui veut dire : « le bulletin de vote ou les balles ». C’est-à-dire que, si on ne peut pas s’exprimer par le bulletin de vote, finalement, c’est une affaire qui va s’achever dans le sang. Bon, en anglais, il y’a la belle allitération Ballot or Bullet. En français, ce n’est pas possible, mais c’est comme ça que je le disais déjà en 1997. D’ailleurs, ça nous a valu l’interdiction du journal Mutations pendant quelque temps, mais à l’époque, c’était déjà cela.

Je relis aujourd’hui votre article de 1997, vous écrivez : « L’alternance est-elle possible au Cameroun par la voix des urnes ? La réponse est – hélas – non. »

Oui, il y a 25 ans. Aujourd’hui, je le réitère. Depuis ces années-là, le contrôle sur les votants, sur les votes et sur les résultats est constant et permanent. C’est pour ne pas avoir de surprise à la fin.

Parmi les personnalités qui sont toujours en prison à l’heure actuelle dans votre pays, il y a votre confrère Amadou Vamoulké. Dans votre livre, vous montrez la Une d’un journal où vous l’interviewez sous le titre Mes vérités à propos de la CRTV – la radiotélévision publique camerounaise, qu’Amadou Vamoulké avait justement dirigée à l’époque. Pensez-vous qu’il est vraiment en prison, comme le dit officiellement la justice, pour « détournement de biens publics » ?

Non, ce n’est pas possible. Si Monsieur Amadou Vamoulké devait être en prison, ça ne serait pas pour détournement de biens publics. Non, ce n’est pas possible. S’il était en prison pour détournement de deniers publics, pourquoi, aujourd’hui, nous en sommes à quelque 80 renvois juridiques ? C’est unique dans les annales de la justice dans le monde. On tourne à la centaine de renvois… Vous imaginez, une centaine de renvois ? Pour un procès en pénal ? C’est intenable pour cet homme qui, d’ailleurs, vient de perdre son frère cadet. Monsieur Amadou Vamoulké a perdu son frère cadet hier et c’est le quatrième frère qu’il perd depuis qu’il est en prison… Ce n’est pas possible !

En janvier 2023, c’est l’assassinat du journaliste Martinez Zogo, à Yaoundé. Vous révélez que, quatre jours avant son enlèvement, il vous a rendu visite au siège de votre journal Le jour à Yaoundé et vous a confié que des gens de l’entourage de l’homme d’affaires Jean-Pierre Amougou Belinga le menaçaient de plus en plus. Et il a eu cette phrase, en parlant de ces gens : « Ils sont devenus fous, ils se croient tout puissants. En tout cas, je ne vais pas les lâcher ».

Exactement. Monsieur Martinez Zogo est venu à mon bureau et il m’a dit : « Écoute, tout le monde a peur de Jean-Pierre Amougou Belinga dans ce pays. J’ai l’impression qu’il n’y a que toi et moi, peut-être, qui avons le courage et le toupet de dire autre chose par rapport à Amougou Belinga ». Je lui ai dit que je n’avais pas de soucis, et c’est là qu’il a commencé à me parler, à me dire qu’il était visé et que je l’étais également. Ce n’était pas une pratique courante au Cameroun, ça n’était jamais arrivé, le fait qu’on enlève un journaliste, qu’on aille l’exécuter quelque part après l’avoir menacé… Et Martinez Zogo, on voyait qu’il avait peur. C’était un garçon courageux, mais on sentait quand même qu’il avait peur, puisqu’au moment où je suis sorti pour le raccompagner, j’ai vu qu’il avait loué un taxi, qu’il l’avait garé très, très loin. Il était absolument sur ses gardes, donc il était déjà traqué. Plusieurs jours avant, il se sentait traqué. Il fonctionnait déjà avec un taxi en location, il était déjà traqué.

Par : Christophe Boisbouvier