6 juillet 2022
JAPON ALERTE AU TSUNAMI

L'épicentre de la secousse, survenue à 23H36 (14H36 GMT), se situait au large de la côte du département de Fukushima

JAPON : ALERTE AU TSUNAMI APRÈS UN SÉISME DE MAGNITUDE 7,3

L’est du pays a été secoué mercredi 16 mars dans la soirée par un violent séisme ressenti jusqu’à Tokyo. l’Agence météorologique japonaise a déclenché l’alerte au tsunami. La centrale nucléaire de Fukushima n’a pas été endommagée, selon l’autorité japonaise de régulation nucléaire.

L’est du Japon a été secoué mercredi 16 mars 2022 au soir par un violent séisme ressenti jusqu’à Tokyo. De magnitude 7,3, selon l’Agence météorologique japonaise (JMA), celle-ci a émis une alerte au tsunami pour une grande partie de la côte nord-est. Un avertissement pour des vagues d’un mètre de hauteur a été émis par cette agence.

L’épicentre de la secousse, survenue à 23 h 36, heure locale, était situé au large de la côte du département de Fukushima, à 60 km de profondeur, selon la JMA. Selon la chaîne japonaise NHK, l’intensité sismique enregistrée est « supérieure à 6 dans les préfectures de Miyagi et Fukushima », en témoigne cette vidéo publiée sur le compte Twitter du média.

La secousse, longuement et fortement ressentie y compris à Tokyo, a privé d’électricité plus de deux millions de foyers, dont près de 700 000 dans la capitale japonaise, selon l’opérateur Tepco. Quelque 156 000 foyers étaient par ailleurs sans électricité dans le nord-est du pays, selon la compagnie Tohoku Power Electric. Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a annoncé à la presse que le gouvernement tentait de rassembler des informations pour évaluer la situation. « Nous allons faire le maximum afin de secourir les personnes affectées (par le séisme) et communiquer les informations de manière appropriée », a-t-il déclaré.

« Plus d’eau ni d’électricité chez moi », témoigne ce français installé au Japon sur son compte Twitter, avant de partager une vidéo de la ligne de métro à Tokyo en plein séisme.

Pas d’anomalies à la centrale de Fukushima

La société Tepco avait précisé sur Twitter être en train de procéder à des vérifications sur ses installations, dont la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, qui avait été sévèrement endommagée par un gigantesque tsunami provoqué par un séisme de magnitude 9 en 2011. L’autorité japonaise de régulation nucléaire a précisé n’avoir pas recensé de situation anormale à la centrale d’Onagawa, dans le département de Miyagi jouxtant celui de Fukushima.

Le Japon reste hanté par cette catastrophe il y a 11 ans qui a fait plus de 18 500 morts et disparus, et forcé plus de 165 000 personnes à évacuer leurs foyers à cause des risques de radiations. Situé au carrefour de plusieurs grandes plaques tectoniques, le Japon est régulièrement touché par des tremblements de terre et a de strictes normes de construction pour que ses bâtiments soient capables de résister à de fortes secousses.

ouest-france avec AFP