10 août 2022
L'ancien président de l'UEFA Michel Platini après le verdict de son procès au Tribunal pénal fédéral de Suisse

L'ancien président de l'UEFA Michel Platini après le verdict de son procès au Tribunal pénal fédéral de Suisse, à Bellinzona (Suisse), le 8 juillet 2022. (FABRICE COFFRINI / AFP)

FIFA: Michel Platini et Sepp Blatter acquittés par la justice suisse

Les deux anciens dirigeants de l’UEFA et la FIFA ont été innocentés par la justice suisse ce vendredi dans l’affaire d’escroquerie.

Sans doute l’une de ses plus belles victoires. Le jour du quarantième anniversaire de la défaite légendaire contre l’Allemagne en demi-finale du Mondial 1982… Michel Platini et l’ex-président de la Fifa, le Suisse Sepp Blatter, ont été acquittés vendredi en Suisse dans l’affaire d’escroquerie qui a brisé en 2015 les ambitions du Français d’accéder à la tête du football mondial. Le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone n’a pas suivi les réquisitions du parquet, qui avait requis mi-juin respectivement un an et huit mois de prison avec sursis, alors que les deux accusés clamaient leur innocence.

Platini offensif durant tout le procès

Pendant deux semaines, le Français de 67 ans et le Suisse de 86 ans avaient comparu pour avoir «obtenu illégalement, au détriment de la Fifa, un paiement de 2 millions de francs suisses» (1,8 million d’euros) «en faveur de Michel Platini». Défense et accusation s’accordaient sur un point: le triple Ballon d’or a bien conseillé Sepp Blatter entre 1998 et 2002, lors du premier mandat de ce dernier à la tête de la Fifa, et les deux hommes ont signé en 1999 un contrat convenant d’une rémunération annuelle de 300.000 francs suisses, intégralement payée par la Fifa.

Mais en janvier 2011, l’ancien milieu de terrain – devenu dans l’intervalle président de l’UEFA (2007-2015) – «a fait valoir une créance de 2 millions de francs suisses», qualifiée de «fausse facture» par l’accusation. Les deux hommes martèlent de leur côté qu’ils avaient dès l’origine décidé d’un salaire annuel d’un million de francs suisses, par un «accord de gentlemen» oral et sans témoins, sans que les finances de la Fifa n’en permettent le versement immédiat à M. Platini.

Un “complot” pour Michel Platini

Michel Platini voyait cette affaire comme un “complot”, destiné à l’évincer de la présidence de la Fifa, au profit de Gianni Infantino. En novembre 2021, le triple Ballon d’Or a porté plainte à Paris contre Infantino pour “trafic d’influence actif”. Me Dominic Nellen explique qu’il faut désormais “se réunir, discuter les possibilités juridiques et il faut mentionner qu’en Suisse il y a plusieurs procédures pénales contre des personnes du ministère public et de la Fifa qui sont en cours et dont il faut aussi attendre le résultat.”

Sur le fond de ce dossier, le travail de Michel Platini était donc réel aux yeux de la justice suisse mais cette affaire a pu choquer une partie de l’opinion en raison de la somme en jeu. “Aujourd’hui, la présidente du tribunal a très clairement dit que M. Platini a travaillé à l’époque, qu’il avait un contrat oral valable pour la somme d’un million de francs suisses par année et que Michel Platini avait le droit de réclamer ce salaire dans l’année 2011. Donc c’est un succès total, peu importe la somme, qui peut être perçue comme haute, mais il faut aussi voir la valeur que Michel Platini a apporté à la Fifa et au foot mondial”, justifie Me Dominic Nellen.

SOURCE MEDIAS