14 avril 2024

leun2trois.com

Comprendre pour informer pour rendre compte de ce qui se passe dans le monde

la COP 27 le sommet de la rupture

Les chefs d’État sénégalais, Macky Sall (à g.) et congolais, Félix Tshisekedi,© Ruben May/GCA.

Climat : la COP 27, le sommet de la rupture ?

Las d’attendre des promesses financières qui ne viennent pas de la part des pays industrialisés et alors qu’ils subissent de plein fouet les conséquences du dérèglement climatique, les Africains sont décidés à se faire entendre.

Les négociations promettent d’être houleuses à Charm el-Cheikh, du 6 au 18 novembre. Il faut dire que les Africains sont remontés, voire même en colère, contre ce qu’ils assimilent à une forme d’hypocrisie de la part des pays industrialisés. Celle-ci a été parfaitement illustrée en septembre par l’échec du sommet de Rotterdam.

Cette conférence, une initiative mise en place par les Africains à la 26e Conférence des parties (COP 26), devait permettre la mobilisation de 25 milliards de dollars pour financer l’adaptation au changement climatique sur le continent. Véritable fiasco, elle s’est soldée par la promesse d’une ridicule enveloppe de… 55 millions de dollars.

« […] 55 millions pour 54 pays », reprendra quelques semaines plus tard, Nana Akufo-Addo, alors en visite à Paris. « Cela n’est pas juste, cela n’est pas équitable. Appliquer le principe d’équité, ce n’est pas donner, c’est refuser de prendre un avantage qui ne vous appartient pas. Cela n’a rien à voir avec la charité », a-t-il martelé.

Frustration

Le ton est donné. Aux Pays-Bas, où le président ghanéen représentait le continent aux cotés de Macky Sall et de Félix Tshisekedi, non seulement l’engagement les dirigeants occidentaux (politiques et industriels) n’étaient pas à la hauteur des attentes, mais surtout, ces derniers n’ont pas daigné se présenter à cette rencontre à laquelle ils étaient conviés. « Cela nous laisse un mauvais goût dans la bouche », n’avait pas manqué de signaler le chef de l’Etat sénégalais et président en exercice de l’Union africaine (UA). Ajoutant à l’endroit des grands groupes industriels européens : « Ils sont les principaux pollueurs de cette planète, ce sont eux qui devraient financer ces changements. »

Par Anne-Marie Bissada et Stéphane Ballong jeuneafrique