14 avril 2024

leun2trois.com

Comprendre pour informer pour rendre compte de ce qui se passe dans le monde

Le président syrien Bachar el-Assad (g) accueilli à l'aéroport par le président des Émirats arabes unis, le cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyan

Bachar al- Assad a été isolé sur le plan diplomatique depuis la répression en 2011 d’un soulèvement populaire qui a dégénéré en guerre civile.

Bachar al-Assad en visite aux Emirats arabes unis

Le président syrien s’est rendu dans le seul pays du Golfe à avoir toujours maintenu des relations diplomatiques officielles avec Damas depuis le début de la guerre.

Le président syrien Bachar al-Assad effectue ce dimanche 19 mars une visite officielle aux Émirats arabes unis, au moment où plusieurs pays arabes reprennent contact avec Damas, isolé sur le plan diplomatique depuis une dizaine d’années.

« Bachar Al-Assad, président de la République arabe syrienne, est arrivé aujourd’hui aux Émirats arabes unis pour une visite officielle, accompagné de son épouse, Asma », a rapporté l’agence de presse officielle émiratie WAM, premier déplacement officiel d’Asma Assad à l’étranger depuis le déclenchement du conflit en Syrie en 2011.

Le président syrien a été accueilli dans la capitale Abou Dhabi par le président émirati Mohammed ben Zayed Al-Nahyane. Des avions de combat émiratis ont escorté l’avion présidentiel syrien lors de son entrée dans l’espace aérien émirati, a-t-on précisé de même source.

Bachar al- Assad a été isolé sur le plan diplomatique depuis la répression en 2011 d’un soulèvement populaire qui a dégénéré en guerre civile. Depuis le séisme dévastateur du 6 février, des pays arabes ont intensifié leurs contacts et envoyé de l’aide à Damas.

« L’approche et les efforts des Emirats envers la Syrie s’inscrivent dans une vision plus profonde et une approche plus large visant à renforcer la stabilité arabe et régionale », a déclaré Anwar Gargash, premier conseiller du président émirati.

« La position des Emirats est claire quant à la nécessité pour la Syrie de retourner dans » le giron arabe « et cela a été confirmé par Son Altesse Cheikh Mohammed ben Zayed lors de la rencontre d’aujourd’hui », a-t-il ajouté sur Twitter.

Lors de la réunion de ce dimanche, Assad a salué le rôle des Emirats dans le renforcement des relations entre pays arabes, estimant que celles-ci devraient être « fraternelles », selon un communiqué de la présidence syrienne.

Visites à Oman en février, à Moscou cette semaine

Le président syrien, dont le pays a été exclu de la Ligue arabe fin 2011, s’est rendu le 20 février au sultanat d’Oman, une première en douze ans de guerre en Syrie. Médiateur discret mais important sur la scène diplomatique, Oman est l’un des rares pays arabes, et le seul dans le Golfe à avoir toujours maintenu des relations diplomatiques officielles avec Damas depuis le début de la guerre.

Fin 2018, les Emirats avaient rouvert leur ambassade à Damas. Et en mars 2022, Bachar al-Assad avait effectué à Abou Dhabi sa première visite dans un pays arabe. Il avait été reçu par le président Mohammed ben Zayed.

Les efforts d’aide à la Syrie après le séisme ont été menés par Abou Dhabi, qui a participé à rompre son isolement. Les Emirats ont aussi promis plus de 100 millions de dollars d’aide, dépêché une équipe de sauvetage et fourni des milliers de tonnes de matériel de secours.

Le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, s’est également rendu en Syrie le mois dernier – il était le premier haut responsable du Golfe à le faire après le tremblement de terre. C’était son deuxième voyage en Syrie cette année.

« Les Emirats sont convaincus, avec de nombreux Etats arabes, que le moment est venu de se réconcilier avec Assad… et voir la Syrie revenir dans la Ligue arabe et dans le giron arabe », a déclaré le politologue émirati Abdelkhaleq Abdallah.

« Les Emirats sont le fer de lance des efforts destinés à se réconcilier avec les ennemis du passé et les transformer en amis de demain », a-t-il déclaré.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Fayçal ben Farhane, avait estimé en février qu’une nouvelle approche vis-à-vis de la Syrie impliquant des négociations avec Damas pour faire face aux crises humanitaires était nécessaire.

Bachar al- Assad était en déplacement à Moscou cette semaine, où il été reçu par son homologue russe Vladimir Poutine, qui tente depuis plusieurs années de rapprocher Damas des pays arabes.

Par L’Obs avec AFP