29 septembre 2022
Paul Pogba

Paul Pogba, lors d'un match de Ligue des Champions, le 2 novembre 2021. (MARCO BERTORELLO / AFP)

Affaire Paul Pogba : qui sont les deux hommes auxquels les enquêteurs s’intéressent particulièrement ?

Cinq proches du footballeur ont passé leur deuxième nuit en prison dimanche 18 août. Ils ont été mis en examen dans le cadre d’une enquête pour extorsion et séquestration à l’encontre du joueur.

Le footballeur Paul Pogba vit sous protection policière depuis deux mois en Italie, pays où il réside, a appris franceinfo ce dimanche soir auprès de sources proches, confirmant une information du Parisien – Aujourd’hui en France. Le milieu de terrain de la Juventus de Turin et de l’équipe de France était victime depuis six mois de “tentative d’extorsion en bande organisée” et avait été séquestré par des amis d’enfance et deux hommes encagoulés en mars dernier.

Il a reconnu être à l’origine de la vidéo de menaces

Vendredi 16 septembre, Mathias Pogba avait reconnu lors de sa garde à vue être à l’origine de la vidéo diffusée sur internet fin août, où il menaçait de faire des révélations sur son frère Paul Pogba. Le frère de l’international français a expliqué en avoir pris l’initiative mais ne pas avoir écrit le texte et l’avoir enregistré chez un autre au lourd passé criminel, considéré comme le principal suspect dans cette affaire par les enquêteurs.

Le footballeur Paul Pogba (au centre) avec ses frères Florient Pogba (à gauche) et Mathias Pogba (à droite),(GUILLAUME SOUVANT / AFP)

 Les quatre autres suspects, des amis d’enfance du milieu de terrain des Bleus reconnaissent eux avoir profité de la générosité de Paul Pogba et avoir fait pression pour qu’il paye la somme de 13 millions d’euros. Ils affirment avoir fait cela contre leur gré, forcés et menacés par un groupe criminel.

Surveillé de près par la DGSI

Le plus âgé de la bande est un criminel multirécidivste. À 37 ans, il a plusieurs années de prison derrière lui : il a notamment été condamné pour tentative d’homicide et impliqué dans une affaire à caractère terroriste. La justice lui reproche d’avoir fourni un taser à des braqueurs radicalisés, une opération censée financer ensuite un projet d’attentat. La qualification terroriste n’a pas été retenue contre lui mais il était, à l’époque, surveillé de près par la DGSI. 

Dans le cadre de l’affaire Pogba, il est soupçonné d’être au cœur des pressions exercées contre le joueur. Il faisait notamment partie du voyage à Turin, au centre d’entrainement de la Juventus, pour menacer le footballeur. Il est soupçonné aussi d’avoir fait pression sur la mère du joueur en juillet. Elle raconte qu’il était le plus menaçant du groupe. En garde à vue, cet homme affirme pourtant être lui-même victime dans cette affaire. Il dit avoir été menacé et braqué, comme Paul Pogba, le soir de la séquestration. Il raconte aussi avoir été gravement blessé à la main par des hommes armés en août dernier.

17 000 euros de vêtements Adidas

Le deuxième homme vit actuellement à Dubaï. Selon les informations de franceinfo, il doit venir en France dans les prochaines semaines pour être entendu par les enquêteurs. Il est soupçonné d’avoir touché un virement de 20 000 euros de la part de Paul Pogba et d’avoir forcé le joueur à lui payer 17 000 euros de vêtements Adidas dans une boutique parisienne, fin mars.

Surtout, c’est dans un appartement loué à son nom que l’international dit avoir été séquestré dans la nuit du 19 au 20 mars dernier.

Le frère de Paul Pogba nie l’avoir séquestré 

Mathias Pogba conteste avoir participé à la séquestration de son frère dans un appartement parisien. Paul Pogba a expliqué qu’il avait été piégé par des amis d’enfance et deux hommes cagoulés armés de fusils d’assaut, lui réclamant 13 millions d’euros.

Dans ce dossier, baptisé “Pénalty” par les enquêteurs, plusieurs suspects présentent la même version et affirment avoir été intimidés de manière brutale par d’autres membres du groupe. Les gardes à vue doivent prendre fin ce week-end, a appris franceinfo.

Par Margaux Stive – franceinfo