29 septembre 2022
le 4e congrès mondial du Pulaaku

A Ouagadougou, 4e congrès mondial des Peuls

Le Burkina Faso a abrité ce week-end le 4e congrès mondial du Pulaaku, une association des communautés peules venues de la sous-région ouest-africaine et de l’Europe. Le congrès était placé sous le signe de la contribution du Pulaaku à la promotion de la paix au Sahel.

La consolidation de la paix au Sahel au cœur des échanges

Le Premier ministre Albert Ouédraogo a lancé ce jeudi 15 septembre 2022, les activités du 4e congrès du « Pulaaku » à Ouagadougou. Ce congrès se tiendra du 15 au 17 septembre 2022.

Le 4e congrès mondial du Pulaaku se tient du 15 au 17 septembre à Ouagadougou sous le thème, « la contribution du Pulaaku à la promotion de la paix au Sahel ». Le chef du gouvernement Albert Ouédraogo a salué l’initiative. Selon ses propos, la tenue du présent congrès « vient à point nommé ».

Selon le Premier ministre, le congrès permettra d’échanger sur les pistes « d’une consolidation de la paix au Sahel ». Aussi, il offre le cadre pour s’entendre sur les concepts comme le terrorisme. Pour Albert Ouédraogo, c’est également un événement qui vient en droite ligne avec la vision du président de la Transition.

Le Premier ministre Albert Ouédraogo

« Vos actions en faveur de la recherche de la paix sont en parfaite harmonie avec l’appel du chef de l’État pour une contribution citoyenne si bien dans la lutte contre le terrorisme que pour le développement », a-t-il indiqué.

L’ethnicisation du terrorisme a longuement été abordée lors de cette cérémonie. Selon le Dr Issa Diallo, président du comité d’organisation du Pulaaku, « l’ethnicisation du terrorisme a entraîné l’exécution judiciaire de nombreux Peuls innocents par des forces de défense et de sécurité des pays du Sahel, mais aussi par des milices tolérées par des gouvernements de certains pays sahéliens. (…) Il n’y a pas d’ethnie djihadiste et/ou terroriste en soi ».

La promotion de la paix et de la cohésion sociale sont les maîtres-mots de cette édition du Pulaaku. Le thème retenu pour cette année est axé sur 5 grandes communications. Elles abordent la question sécuritaire et les moyens d’éviter aux populations peules de se faire enrôler dans les rangs de l’ennemi.

Pour les organisateurs, le Pulaaku n’est seulement pas l’apanage des Peuls, mais aussi de toutes les communautés vivant avec les Peuls et parlant la langue peule. Ce congrès a d’ailleurs réuni plus d’une centaine de congressistes venus de plusieurs pays de la sous-région dont le Togo, le Tchad, la Guinée et le Mali.

Du côté de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’organisation d’un tel événement permettra au « pays des Hommes intègres » d’éviter les conflits intercommunautaires. C’est d’ ailleurs l’idée traduite par le président de l’union des ressortissants de la CEDEAO, Hamadou Oury Baldé.

Notons que ce congrès prévoit également organisé un réseautage entre leaders pour la promotion de l’élevage et sa pratique moderne au profit des populations pratiquant des activités agropastorale. Et ce, afin d’éviter qu’elles se fassent enrôler en tant que terroristes et d’éviter les conflits entre éleveurs et agriculteurs.

Haoua Ouédraogo et Edwige Ouoba (stagiaires)